AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une soirée concertos de Prokofiev

Aller en bas 
AuteurMessage
Frédy
desperados
avatar

Nombre de messages : 21
Localisation : Ouest parisien
Date d'inscription : 13/10/2004

MessageSujet: Une soirée concertos de Prokofiev   Jeu 9 Déc - 12:51

Je viens de récupérer un coffret de 3 cd comportant les 5 concertos pour piano, les deux pour violon, puis une symphonie concertante et un concertino pour violoncelle. Ma soirée va être bercée par cette musique. Prokofiev est très largement en tête de mes compositeurs préférés. Il est mort en 1953, le même jour que Staline, ce dictateur auquel, dans les dernières années de sa vie, étant retourné vivre en URSS, il a dû s'efforcer de plaire.

Mais il a fait une grande partie de sa carrière aux Etats-Unis, composant notamment des musiques de ballet et des musiques de film. Dans la première moitié du 20ème siècle, la tendance était avantgardiste et cherchait à rompre intégralement avec les traditions. Prokofiev a su intégrer énormément de modernisme dans ses compositions tout en conservant des accords et des mélodies qui ne choquent pas trop une oreille classique. Mais il reste vrai que certaines oeuvres doivent être écoutées plusieurs fois avant qu'on ne puisse en apprécier les nuances et les rythmes. Je pense notamment aux symphonies 2 et 3.

Dans le coffret que j'écoute actuellement, le pianiste est Vladimir Ashkenazy, un très très grand virtuose, dont j'apprécie également les interprétations des concertos de Rachmaninov. Les concertos de Prokofiev valent en difficulté ceux de Rachmaninov, et Askenazy les réussit pleinement.

Il faut noter que le 4ème concerto pour piano s'exécute avec la main gauche seulement. Maurice Ravel aussi a fait un concerto pour la main gauche. Prokofiev et lui avaient un ami commun, pianiste de concert dont je ne me rappelle pas le nom, qui, dans un accident, a perdu sa main droite. Ils lui ont donc écrit des oeuvres qu'il pourrait continuer à interpréter en public.

Je trouve des tas de touches humoristiques dans la musique de Prokifiev. Sa première symphonie est nettement orientée comme ça, mais les 6ème et 7ème font carrément rire. Je suppose que Sergei Prokofiev était un personnage d'une grande intelligence et plein d'humour, un homme que j'aurais énormément aimé connaître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frédy
desperados
avatar

Nombre de messages : 21
Localisation : Ouest parisien
Date d'inscription : 13/10/2004

MessageSujet: Re: Une soirée concertos de Prokofiev   Jeu 9 Déc - 13:01

Voici ce que j'ai trouvé dans l'encyclopédie Encarta au sujet de Prokofiev :

Prokofiev, Sergueï Sergueïevitch (1891-1953), compositeur et pianiste russe dont les œuvres figurent parmi les plus importantes de la première moitié du XXe siècle.

UNE VIE DANS LA TOURMENTE DE L'HISTOIRE

Né le 23 avril 1891, à Sontsovka, près de Iekaterinoslav, en Ukraine, Prokofiev reçut les premières leçons de piano de sa mère, pianiste amateur. Il suivit les cours du compositeur russe Reinhold Glier qui lui enseigna en particulier la théorie et l'harmonie. En 1904, à l'âge de treize ans, il entra au conservatoire de Saint-Pétersbourg et étudia l'orchestration avec le compositeur Nikolaï Rimski-Korsakov et le piano avec Anna Essipova.

Prokofiev quitta la Russie en 1918 pour le Japon, puis les États-Unis et la France. De 1918 à 1933, il effectua de nombreuses tournées internationales, en Italie, en Allemagne, aux États-Unis, au Canada et à Cuba, jouant particulièrement ses cinq concertos pour piano et les cinq premières de ses sonates pour piano. Après deux tournées en Union soviétique en 1927 et en 1932, il retourna s'installer définitivement dans sa patrie en 1934.

Marié en 1923 à la soprano espagnole Lina Llubera dont il eut deux fils, il se sépara d'elle et vécut dès 1947 avec la poétesse Mira Mendelson avec qui il écrivit plusieurs de ses livrets, dont celui de Guerre et Paix (1952).

Ses relations avec le pouvoir soviétique se dégradèrent au fil du temps. Les autorités étaient peu disposées à lui accorder des visas de sortie du territoire afin qu'il puisse poursuivre ses tournées à l'étranger dont la dernière date de 1938. En fait, la pression idéologique qui pesait sur lui devint de plus en plus forte à partir de 1936 : Prokofiev fut accusé de « formalisme » ainsi que Chostakovitch. À partir de 1943, certaines de ses œuvres furent interdites à la publication. En 1948, à la suite du « Rapport Jdanov », il fut officiellement censuré en raison non seulement de son « formalisme excessif », mais aussi pour ses « tendances antidémocratiques en musique ». On l'accusa de s'être « montré incapable de refléter la grandeur du peuple ». Son opéra l'Histoire d'un homme véritable (1948), écrit dans le but de contenter le pouvoir, fut de nouveau censuré. Il retrouva les faveurs des autorités soviétiques avec sa Symphonie n° 7 (1952, prix Staline). Il mourut le 5 mars 1953, à Moscou, le même jour que Staline.

NÉOCLASSICISME ET MODERNISME

Dès l'âge de neuf ans, Prokofiev écrivit un opéra pour enfant, le Géant (1900), suivi rapidement par trois autres opéras, Sur les îles désertes (1902), le Festin de la peste (1904), d'après un poème de Pouchkine, et Ondine (1904-1907). Il joua sa première sonate pour piano à Moscou en 1910, puis fit une tournée à Paris, à Londres et en Suisse en 1913. C'est avec son Concerto pour piano n° 1 qu'il obtint en 1914 son diplôme au conservatoire et le prix Anton Rubinstein décerné aux pianistes-compositeurs.

Prokofiev s'engagea dans l'écriture symphonique avec la Suite scythe (1914), inspirée de l'ancien culte russe du Soleil, et la Symphonie classique (1917). Il écrivit la même année sa cantate pour ténor, chœur et orchestre Sept, ils sont sept, évocation des Titans, maîtres de l'univers, ainsi que son Concerto n° 1 pour violon et les Vingt Visions fugitives pour piano.

Ses œuvres de jeunesse, en particulier son Concerto n° 1 pour piano (1911) et la Suite scythe pour orchestre (1914), valurent à Prokofiev une réputation d'iconoclaste musical.

À Paris, il composa pour l'imprésario des ballets russes Serge de Diaghilev les ballets Chout (le Bouffon, 1921) et le Pas d'acier (1927), description de l'évolution industrielle qui touchait alors la Russie soviétique. Il composa aussi ses célèbres opéras l'Amour des trois oranges (créé en 1921), l'Ange de feu (1927) et le Joueur (1927), d'après Dostoïevski.

Ses œuvres les plus populaires, écrites après son retour en Union soviétique, sont le conte de fée symphonique Pierre et le Loup (1934), pour narrateur et orchestre ; les ballets Roméo et Juliette (1938) et Cendrillon (1944), l'opéra Guerre et Paix (1952) et la puissante Symphonie n° 5 (1944). Prokofiev composa aussi pour le cinéma la suite Lieutenant Kijé (1934) et, pour les films du metteur en scène soviétique Sergueï Eisenstein, la cantate historique Alexandre Nevski (1939) et Ivan le Terrible (1945).

Encyclopédie Microsoft® Encarta® 2003. © 1993-2002 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crapule
coryphée
avatar

Nombre de messages : 1190
Age : 46
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 20/07/2004

MessageSujet: Re: Une soirée concertos de Prokofiev   Jeu 9 Déc - 17:24

J'ais hate d'écouter ça, je t'en dirais des nouvelles teuf

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frédy
desperados
avatar

Nombre de messages : 21
Localisation : Ouest parisien
Date d'inscription : 13/10/2004

MessageSujet: Re: Une soirée concertos de Prokofiev   Jeu 9 Déc - 22:48

Eh bien si c'est moi qui t'en ai donné envie, c'est une réussite. Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crapule
coryphée
avatar

Nombre de messages : 1190
Age : 46
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 20/07/2004

MessageSujet: Re: Une soirée concertos de Prokofiev   Ven 10 Déc - 14:46

Frédy a écrit:
Eh bien si c'est moi qui t'en ai donné envie, c'est une réussite. Merci.

Ben oui, j'aime beaucoup la musique classique!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une soirée concertos de Prokofiev   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une soirée concertos de Prokofiev
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une soirée "soin de soi".
» Soirée Partylite
» la pire soirée de ma vie
» soirée à thème
» A la découverte du ciel, soirée tout public région Lyonnaise.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Forums généraux :: Musique-
Sauter vers: