AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Nous sommes tous des grèvistes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Koïna
desperados
avatar

Nombre de messages : 36
Age : 40
Localisation : st claude 39
Date d'inscription : 11/06/2005

MessageSujet: Nous sommes tous des grèvistes   Sam 16 Aoû - 11:30

Salut à tous, je fais passer l'info, à vous de faire de même si vous vous sentez concernés.
Biz


[size=150]
APPEL A LA GRÈVE GÉNÉRAL LE 10/11/2008[/size]


Par CnR ;-) le vendredi 15 août 2008, 12:19
http://www.conseilnationaldelaresistance.fr/

voir vidéos


L'article que voici, paru dans Libération du 22 juillet dernier et signé Marlène Benquet, doctorant en sociologie (ENS-EHESS), était aussi une réponse aux propos présidentiels sur les grèves en France.

Aurons-nous bientôt un autre article dans la presse, de Marlène ou de François Doutriaux, pour faire une analyse de ce que nous proposons ici?

Qui peut trouver les contacts pour le leur proposer? Smile

Les congés d'été se terminent bientôt, vive la rentrée ;-)



Nicolas Sarkozy quand il déclara le 5 juillet : «La France change beaucoup plus vite et beaucoup plus profondément qu’on ne le croit. Désormais, quand il y a une grève en France, personne ne s’en aperçoit» ? Probablement, comme Laurence Parisot, que les grèves relèvent d’un «goût un peu masochiste pour le conflit» et qu’à défaut de les faire disparaître, il était possible, en fermant les yeux, d’oublier leur gênante existence.

Pourtant, loin d’avoir disparu, les conflits sociaux se sont transformés ces dernières années. Et ce renouvellement de la cartographie des luttes sociales ne s’apparente en rien à une disparition.

A l’exception de l’année 1995, les années 1980-2000 ont été marquées par une baisse importante du nombre de jours de grève par an, mais on assiste depuis 1999 à une reprise quantitative des conflits sociaux, de leur taux de participation et du nombre de jours non travaillés. Les grèves sont légèrement plus nombreuses que durant la période précédente, plus longues et mieux suivies. De plus, si l’on intègre les arrêts de travail inférieurs à deux jours, les débrayages, les grèves du zèle et les grèves perlées, on constate ces dix dernières années une intensification majeure de la conflictualité. Entre 2002 et 2004, 10 % des établissements ont connu un débrayage contre 7,5 % entre 1996 et 1998 ce qui signifie que 38,8 % des salariés ont été concernés par un conflit collectif entre 1996 et 1998 contre 47,2 % entre 2002 et 2004 (chiffres issus de l’enquête de la Direction de l’animation et de la recherche des études et des statistiques dépendante du ministère du Travail). Cette remontée quantitative des luttes sociales se double de leur modification qualitative. La dernière décennie se caractérise aussi par un déplacement des sujets des mobilisations. D’une part, des secteurs du salariat traditionnellement extérieurs aux mobilisations collectives ont participé à d’importants mouvements sociaux. La Fnac, Castorama, certaines sociétés de nettoyage, Maxilivre, Monoprix, McDonald’s, la grande distribution, pour n’en citer que quelques-unes, ont connu des grèves longues et relativement suivies. Ces branches professionnelles, où la conjonction d’un statut d’emploi précaire, d’un fort taux de féminisation et d’une relative faiblesse syndicale freinait les possibilités objectives de participation à un conflit social, sont devenues des lieux de contestation salariale. Ces conflits «improbables» au regard du statut d’emploi des salariés concernés le sont de moins en moins d’un point de vue statistique.

D’autre part, apparaissent des mobilisations issues de l’extérieur du monde salarial. Les catégories de la population les plus menacées par une précarité sociale et économique sont entrées sur la scène publique et politique pour faire valoir leur droit à une véritable intégration sociale. La mobilisation des chômeurs de 1998 réunis derrière le slogan «On a tous la gueule de l’emploi», le mouvement des sans-logis mené par les Enfants de Don Quichotte l’hiver 2006 ou la grève des travailleurs sans papiers lancée en avril témoignent de ce phénomène : l’organisation collective de populations habituellement exclues des formes traditionnelles de l’action revendicative. La France invisible (La Découverte, 2006) décrite par Stéphane Beaud se donne à voir dans et par la lutte.

La dernière décennie signe une remontée et une extension de la conflictualité. Les conflits sociaux n’émergent plus uniquement à l’intérieur de la norme de l’emploi stable, mais du dehors de cette norme, pour exiger son extension. Les grèves ne sont pas invisibles, mais elles sont portées par des «invisibles» qui investissent les mobilisations et accèdent ainsi à une visibilité sociale et politique. Les sans-papiers, sans-logement, sans-travail commencent à pénétrer ce champ élargi de contestation sociale. Au fond, la cécité présidentielle n’exhibe que les limites de l’autopersuasion. A moins de croire à la pensée magique, elle ne peut rien sur l’existence de ce fait social têtu. Cacher ce qui dérange ne suffit pas à le faire disparaître.

Voila, si vous vous sentez concernés, allez sur le site pour plus d'info
http://www.conseilnationaldelaresistance.fr/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Nous sommes tous des grèvistes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nous sommes tous handicapés quelque part, non ?
» Nous sommes tous captifs
» Nous sommes tous Alain Térieur !
» Nous sommes tous frères, enfants de Dieu.
» Nous sommes tous appelés à la sainteté !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Forums généraux :: Société-
Sauter vers: